Chute de cheveux, calvitie et implants capillaires

Différentes techniques de greffe permettent de lutter contre la chute de cheveux en implantant sur une zone dégarnie des cheveux prélevés à l'arrière du cuir chevelu.

Causes de la calvitie

La survenue d’une calvitie peut avoir deux causes. Elle peut être d’origine hormonale ; ce sont les hormones mâles (androgènes) qui en sont dans ce cas responsables. Ces hormones sont rendues actives par une enzyme spécifique sécrétée au niveau du cuir chevelu, leurs actions diminuent la durée de vie du cheveu. Ces hormones existent également chez la femme mais en quantité moindre, expliquant l’atteinte possible chez cette dernière.

Une calvitie peut aussi être d’origine génétique, lorsque le potentiel de renouvellement du cheveu est génétiquement limité.

Ces 2 facteurs sont souvent associés, expliquant qu’une fois épuisé par l’action hormonale, la calvitie apparaît. On parle d’alopécie androgénétique. Seule la couronne n’est pas soumise à l’action des androgènes, c’est la raison pour laquelle les cheveux situés à ce niveau sont programmés pour durer toute la vie.

Techniques de greffe de cheveux

Les techniques de restauration du cuir chevelu sont multiples :

  • éliminer les zones chauves — réduction de tonsure ;
  • prélever les cheveux dans les zones denses pour les répartir dans les zones atteintes — microgreffes dans des puits ou des fentes dilatées ou lambeaux de rotation ;
  • procéder à l’expansion du cuir chevelu (dont les indications sont précises).

Aujourd’hui, du fait de leur apparente simplicité et reproductibilité, les microgreffes ont largement éclipsé les autres techniques, ces dernières étant réservées à des chirurgiens plasticiens formés.

Microgreffes

On distingue essentiellement deux techniques de microgreffes de cheveux.

“Follicular Unit Transplantation” (FUT) ou technique de la bandelette

Technique la plus ancienne, la FUT consiste à prélever une bandelette de cuir chevelu à l’arrière du cuir chevelu — zone occipitale où il existe toujours des cheveux —, à découper cette bandelettes en microgreffes de 1 à 3 cheveux et à réimplanter ces microgreffes dans les zones dégarnies. Quoique présentant l’inconvénient de laisser une cicatrice dans le cuir chevelu — masquée cependant par les cheveux au-dessus et au-dessous — elle permet d’apporter le plus de cheveux et fournit donc les meilleurs résultats en cas de calvitie avancée. Un prélèvement par bandelettes apporte en moyenne 2 000 à 4 000 cheveux et en cas de long prélèvement de 6 à 8 000 cheveux.

“Follicular Unit Extraction” (FUE) ou extraction folliculaire

Cette technique récente consiste à prélever unité folliculaire par unité folliculaire (racine du cheveu) grace à des punchs et à réimplanter ces follicules. Il n’y a plus d’incision mais autant de “petits points” que de punchs réalisés.

Cette technique est idéale pour les petites et moyennes séances, une séance moyenne apporte 600 à 800 greffons, soit 1 500 à 2 500 cheveux. Chez la femme, cette technique présente un intérêt majeur et apporte une solution convenable au douloureux problème de l’alopécie féminine.

Pour les calvities importantes, les réductions préalables de tonsure gardent des indications car elles permettent secondairement à la microgreffe de couvrir totalement la zone glabre qui sans elle aurait été en partie seulement corrigée.