Lifting des cuisses

On peut parfois traiter les cuisses par une simple liposuccion, lorsqu’il s’agit d’une hypertrophie graisseuse isolée sans relâchement cutané. Lorsque le relâchement cutané est modéré, on peut proposer une lipolyse laser associée à une liposuccion, ce qui permettra d’éviter un lifting des cuisses et donc une cicatrice résiduelle.

Mais lorsque le relâchement cutané est plus important, et d’autant plus qu’il s’agit d’une peau fine et peu élastique, seule une remise en tension cutanée peut corriger ce défaut : c’est le lifting de la face interne des cuisses.

Objectifs de l’intervention

L’intervention a alors pour but de réaliser l’ablation de l’excédent de peau, de réduire l’infiltration graisseuse sous-jacente, et de bien suspendre la peau en profondeur (au plan aponévrotique sous-jacent).

Il existe 3 techniques de lifting des cuisses dont le choix dépend de l’importance des lésions.

cicatrice-lifting-cuisse-1.png

Lifting de la cuisse à cicatrice horizontale

Le lifting à cicatrice horizontale permet une excellente correction du relâchement cutané lorsque celui-ci est limité au tiers supérieur de la cuisse. Elle est en revanche insuffisante en cas de relâchement plus avancé — dans les séquelles d’amaigrissement majeur en particulier. Dans cette technique, la traction est verticale.

La cicatrice finale est parfaitement dissimulée dans le pli de l’aine jusqu’au pli fessier. Les résultats esthétiques ont été améliorés par la réalisation d’une fixation profonde évitant la migration secondaire de la cicatrice qui avait tendance à descendre ; cela permet de proposer plus facilement cette opération.

Lifting de la cuisse à cicatrice verticale

Dans cette technique la traction est horizontale ; la cicatrice s’étend verticalement sur la face interne des cuisses, du pubis au genou. Cette technique est à réserver au relâchement cutané majeur en raison de l’importance de la cicatrice ; son résultat sur le galbe de la cuisse est excellent.

cicatrice-lifting-cuisse-2.png

Lifting de cuisse à cicatrice combinée (en T)

Les deux techniques sont souvent associées lorque l’excès de peau est à la fois vertical et horizontal réalisant une cicatrice en T inversé.

Déroulement de l’intervention

  • Bilan sanguin, consultation pré-anesthésique
  • Hospitalisation : 1 nuit postopératoire
  • Durée de l’opération : 1 heure 30 à 3 heures selon la technique
  • Anesthésie : anesthésie générale
  • Douleurs : modérées à élevées, il y a une gêne à la marche pendant 10 à 15 jours et une période de cicatrisation de 15 jours à 3 semaines
  • Port d’un panty pendant 1 mois
  • Reprise d’activité : 15 jours