Retrouver un ventre plat avec la chirurgie esthétique

Trois types d’intervention en chirurgie esthétique sont possibles pour obtenir un ventre plat : la liposuccion, la mini plastie abdominale ou la plastie abdominale.

Liposuccion seule ou associée à la lipolyse laser

Réservé à un petit ventre rond sans relâchement cutané, c’est un acte chirurgical simple sans cicatrice, peu douloureux, permettant une reprise rapide de ses activités, la liposuccion donne d’excellents résultats si l’indication est bien posée et la technique rigoureuse.

Aujourd’hui, j’associe volontiers cette technique à la lipolyse laser qui favorise la rétraction cutanée et permet ainsi d’éviter une cicatrice de plastie abdominale. Il faut cependant que le relâchement cutané reste modéré.

La lipolyse laser est particulièrement intéressante pour le traitement du bourrelet au niveau des côtes ou le résultat de la liposuccion seule était décevant en raison d’une peau épaisse qui a des difficultés à se rétracter.

Liposuccion avec remise en tension cutanée ou “mini plastie abdominale”

miniplastie-abdominale.png

C’est un acte nécessaire quand au ventre rond s’associe un petit excédent de peau. L’association d’une liposuccion et d’une résection cutanée permettra la suppression de la peau abîmée (distendue, cicatricielle, vergeturée…) et la remise en tension de la peau saine périphérique.

Il faut que le relâchement cutané porte uniquement sur la peau située sous le nombril, si le relâchement cutané est trop important, la correction esthétique apportée par une mini-plastie abdominale sera insuffisante et il faudra alors envisager une plastie abdominale classique.

Cette intervention laisse une cicatrice plus ou moins longue selon l’importance des lésions mais toujours cachée ; une période de convalescence plus longue est à prévoir.

Plastie abdominale ou dermolipectomie abdominale

abdominoplastie-1.png

La chirurgie est la seule solution possible en cas de gros ventre tombant (abdomen en besace ou tablier) mais également en cas d’excédent cutané important (après grossesses multiples ou amaigrissement majeur) ; une prise en charge de l’assurance maladie est parfois possible après réalisation d’une entente préalable et examen par le médecin de la sécurité sociale.

La technique associe souvent dans le même temps opératoire liposuccion, réparation de la sangle abdominale (en cas de diastasis, éventration ou hernie) l’ablation d’un large fuseau de peau compris entre le nombril et le pubis et la remise en tension de la peau située au niveau de “l’estomac” qui est abaissée vers le bas ; le nombril est conservé et replacé en position normale, grâce à une incision faite dans la peau abaissée.

Cette intervention a souvent mauvaise réputation en raison de l’importance des cicatrices, de ses complications potentielles et d’un résultat esthétique souvent insuffisant. Pourtant le développement d’une technique opératoire récente a permis une très nette amélioration des résultats esthétiques : obtention d’un ventre très plat et très tendu y compris dans la zone au dessus du nombril, cicatrice très bas située complètement cachée dans le bikini, rajeunissement du pubis.

abdominoplastie-2.png

Ces progrès ont permis de réduire les complications, la durée d’hospitalisation et la période de convalescence — comme je l’ai récemment montré, en association avec d’autres chirurgiens, lors d’un congrès international — faisant de la plastie abdominale une intervention totalement esthétique et non plus seulement réparatrice.

Seul un examen clinique minutieux, mais aussi l’appréciation du contexte (âge, désir de grossesses, antécédents médicaux, objectifs de la patiente) permettra de poser l’indication qui doit être adaptée à chaque cas. Il s’agit de l’une des interventions qui me donne le plus de satisfaction devant la qualité des résultats obtenus et la joie manifeste des patientes.

Déroulement de l’intervention

  • Bilan sanguin, et consultation pré-anesthésique
  • Hospitalisation : 2 à 3 jours (selon l’importance de la plastie)
  • Durée de l’opération : entre 1 heure 30 et 3 heures selon le choix de la technique employée
  • Type d’anesthésie : générale
  • Douleurs : modérées à importantes (s’il existe un temps de réparation musculaire)
  • Soins postopératoires : soins sur les cicatrices pendant 15 jours
  • Port d’un panty compressif pendant 1 mois
  • Reprise d’activité entre 15 et 30 jours
  • Reprise du sport : progressivement au bout d’un mois